Archive mensuelledécembre 2019

Camion de fret : ce qu’il faut savoir

Un camion de fret auto-conduit vient de passer à travers le pays pour livrer du beurre. Une start-up d’intelligence artificielle à Cupertino, en Californie, a conçu un système de conduite autonome pour les camions de fret commerciaux. Cette semaine, il a fait le premier voyage à travers le monde de son genre pour livrer du beurre à une petite ville en Pennsylvanie.

Bien que ce ne soit pas la première fois qu’un camion autonome fait un voyage à travers le pays, c’est probablement la première fois qu’un camion de fret commercial a fait une véritable livraison comme celle-ci.

Le camion de fret autonome va probablement devenir populaire avant tout véhicule de consommation autonome. C’est parce que les longs tronçons de l’autoroute sont assez ennuyeux et prévisible par rapport à l’effervescence dynamique des rues de la ville dernier mile.

S’il vous arrive de vivre à Quakertown, Pennsylvanie, à environ 50 miles de Philadelphie, votre prochain bâton de beurre crémeux vient peut-être été livré par camion de fret auto-conduite. On pense que c’est la première fois qu’un véhicule de fret autonome fait un voyage à travers le pays, sans parler d’une livraison commerciale.

Plus, l’entreprise derrière la technologie d’auto-conduite, vient d’annoncer la nouvelle. L’entreprise n’existe que depuis 2016, c’est donc un exploit particulièrement intéressant.

Les fondateurs, un groupe d’étudiants au doctorat de Stanford, savaient que le camionnage, qui connaît une pénurie de main-d’œuvre depuis 2003, selon le Bureau of Labor Statistics (BLS) est la principale méthode d’expédition de marchandises à travers les États-Unis.

Ils ont donc décidé d’appliquer leur savoir-faire en intelligence artificielle au camionnage long-courrier, en énonçant la technologie d’auto-conduite complète nécessaire pour rendre possible un voyage de fret à travers le pays.

A voir aussi ce lien les meilleurs smartphone de 2019.

Le voyage de 2 800 milles

Le voyage a duré environ 41 heures, selon les données de Google Maps, et s’étend sur plus de 2800 miles. Il a fallu trois jours au camion de fret pour terminer le voyage, au cours duquel il a fait quelques arrêts, mais jamais parce qu’il ne pouvait pas gérer la conduite.

En fait, il y avait un conducteur de sécurité à bord du véhicule, mais ils n’ont jamais eu à prendre la relève et à intervenir pour le camion de fret, sauf pendant les arrêts de carburant et les pauses imposées par le gouvernement fédéral. La compagnie a dit qu’il n’y avait pas de « désengagements » où le camion a perdu le contrôle.

En mars 2017,  est devenue l’une des premières entreprises de camionnage autonome à décrocher une licence d’essai de véhicules autonomes en Californie, ce qui est exactement ce à quoi elle ressemble. Selon le California Department of Motor Vehicles, il y a maintenant 65 entreprises qui détiennent l’un de ces permis.

Pour terminer le long voyage et livrer le beurre avant qu’il ne périsse, le camion de fret s’est appuyé sur la technologie SLAM, qui est un acronyme pour son positionnement instantané et sa solution de construction de cartes. Cela comprend une suite de capteurs comme les caméras, lidar et radar, très similaire à ce que vous verriez dans une Volvo Uber auto-conduite ou un Argo AI Ford Fusion.

Ce qui ressort, c’est le système de fusion de données de l’entreprise, qui combine ces informations pour créer un champ de détection avant qui est plus de 1600 mètres de profondeur, permettant au camion de voir loin devant. Dans le même temps,  réalise un large champ de vision pour aider le camion de fret à s’adapter aux nouvelles formes de route et de nouvelles pentes.

N’oublions pas que cette fichue chose tirait autour de 40 000 livres de glacière de beurre réfrigérée à bord— nous le répétons, 40 000 livres —. L’autre obstacle principal, à côté des biens périssables, est la météo. Ce voyage, qui a eu lieu au cours de la semaine de Thanksgiving, traversait 12 États, et affrontait quelques conditions assez inclémentes, y compris la neige !